AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FERMETURE DU FORUM.

Partagez | 
 

 [pré-liens ordinaires]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dom Azhar
god doesn’t want you to be happy he wants you to be strong
avatar

▪ MEMORIES : 975

| TENERIFE SEA
adress book:
availability: (3/3) ▪

MessageSujet: [pré-liens ordinaires]   Ven 19 Mai - 14:46

(pré-liens ordinaires)
links 
- - - - - - - - - - - - - - - - -  

Après la suggestion d'un membre, je décide de mettre le système de pré-liens en place. Vous trouverez donc ici des propositions de liens faites par les membres. Si vous êtes intéressé(e) par un de ces liens, n'hésitez pas à poster dans la partie recherche de liens et si vous êtes déjà inscrit(e), n'hésitez pas à contacter le créateur par message privé. Merci de bien vouloir respecter le code mis ci-dessous et de mettre à jour régulièrement. Il n'y a que les membres validés qui peuvent poster et le flood est interdit.  


Code:
[center]<xpfiche> citation - type de lien
<xp>- - - - - - - - - - - - - - - - -</xp>  
  [/center]
<blockquote>♀/♂ <x3>(prénom nom)</x3><xp>▪ 00yo ▪ métier/étude ▪ statut civil ▪ $$$$$$$$$$. ▪ (libre/pris/tenté)</xp>
[size=11]Description du personnage et du lien. [/size]
<x3fiche>suggestions d'avatars ▪</x3fiche>  [size=11]écrire ici.[/size]</blockquote>

_________________
“ultralife with me.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thisisastateofgrace.forumactif.be
Faye Delaney

avatar

▪ MEMORIES : 23

| TENERIFE SEA
adress book:
availability:

MessageSujet: Re: [pré-liens ordinaires]   Mar 23 Mai - 19:31

you're my everything - frère fusionnel.
- - - - - - - - - - - - - - - - -  
 
(liam delaney)▪️ 25yo (si vous le préférez au-dessus de 28, aucun souci il passera de petit à grand frère, c'est envisageable) ▪️ repris de justice tout juste sorti de prison, aucun travail pour le moment ▪️ célibataire, orientation au choix ▪️ $. ▪️ (libre)
Liam est un gamin issu du Queens qui a eu le malheur de naître dans une famille déviante. Le père ? Violent. Déviant. Malade. Une maladie sournoise, insidieuse et inconnue sur laquelle personne n'a jamais su (pu?) mettre de mots. Invisible, impalpable, elle a pourtant toujours été là, puisque Papa n'a jamais consulté.  Papa c'est ce fantôme en pyjama qui hantait les murs, de l'après-midi jusqu'à tard dans la nuit, dans ses mensonges éhontés, dans le feu de sa maladie. Sans doute une mythomanie aigüe, un début de schizophrénie, un soupçon de paranoïa... Un homme faussement fragile, supposément toujours fatigué, trop pour se lever le matin, trop aussi pour participer aux tâches ménagères juste bonnes pour les femelles mais pas assez pour rester tranquille ou se montrer clément, lorsqu'il se sentait irrité, agacé, dépassé. Et dépassé, il l'était toujours. Il suffisait d'un rien pour le mettre dans une colère noire, qui déployait ses ailes pour mieux se refermer sur Faye (qu'elle, toujours elle) jusqu'à l'étouffer telle une cage trop étroite. Elle en a versé, des larmes, elle en a offert, des câlins à un petit frère trop jeune et qui ne comprenait pas, elle en a pris des coups, pour lui, pour le préserver, le protéger et finalement, les cicatrices, les bleus et le sang, on s'y habitue. Ce pour quoi personne n'est réellement paré c'est l'autre violence. Celle qui n'a ni forme, ni nom, le constant déni, les tortures psychologiques. On ne se remet jamais tout à fait du manque d'amour, de considération. Et ça, Liam aussi l'a subi. L'enfant invisible. C'est ce qu'il était. Celui qu'on ne regardait pas. Il n'a jamais su pourquoi, même s'il s'en doute : il n'est pas de son père et c'est tant mieux. Ce serait un soulagement à l'idée d'avoir commis un meurtre, oui, mais pas un parricide, ce mot odieux qui terrorise. Loin de subir de plein fouet, comme Faye, il s'est préservé en s'éloignant, en recréant pour lui une nouvelle cellule familiale, celle des amis. Liam fut l'enfant indépendant, turbulent mais bien vivant et personne n'aurait cru qu'il serait le premier à flancher, à remplacer la tyrannie du père par la sienne. Mais Liam a tué.
caractère: Liam a toujours été le soleil quand Faye était la lune, deux astres complémentaires. Avant la prison, Liam fut ce gosse dont on ne peut que tomber amoureux. Plus grand et costaud que le reste de la famille, doté d'un large sourire espiègle reconnaissable entre mille avec sa dent vrillée et de grands yeux d'un vert vif, impossible de ne pas l'aimer, irrémédiablement. Il était le seul à savoir décrocher à sa soeur maltraitée de grands éclats de rire qui tonnaient comme l'orage et à la faire se sentir mieux rien qu'en l'appelant de ses "Hey Faye !!!" rauques, bruyants, désespérément brusques. Là où Faye était toutes en nuances, teintée de beiges et de silences, de sanglots silencieux et de rêves chimériques, Liam était une tornade, un arc-en-ciel, le gosse qui faisait fondre n'importe qui et n'écoutait... personne. Toutes les interdictions qu'on infligeaient à Faye lui passaient au-dessus de la tête et il disparaissait puis surgissait quand bon lui semblait. Malgré ses airs fripons, Liam était un brave gosse, profondément gentil et aimant. Il était simplement plus fort ou plus indifférent, incapable de laisser les ténèbres de l'appartement l'envahir pour le rendre, lui aussi, terne et silencieux, triste et conciliant. Liam n'a jamais été conciliant. Son mot préféré ? Non. Il répétait non constamment, pour tout, pour rien, et ne disait oui que lorsque la question posée incitait à un non. Jamais d'accord plus par pitrerie que réel principe, il était de ces gosses infernaux dont on ne sait que faire, puis de ces adolescents qui échappent à tout contrôle. Sauf au sien. Faye savait toujours où était son frère et lui demandait si peu qu'aucune de ses requêtes ne se voyait mises par un KO par ses "non" irrévocables de sa voix de ténor fier de ses bêtises. Il est de ces hommes charismatiques, les leaders qui entraînent dans leur sillage, les créatifs qui ont du mal à rentrer dans le moule. Mais derrière son apparence affable et cette faculté à se faire aimer, Liam cache en lui une colère, une certaine violence. Elle a grimpé en lui jusqu'à ce qu'il ne sache plus la contrôler, jusqu'à tuer le père pour la sauver, elle, sa soeur qu'il aime plus que tout. Liam n'est pas un monstre, c'est seulement un homme qui voulait faire le bien, même si ça signifiait semer la mort. Il a un sens aigu de la justice, de la droiture, c'est le type qui rêvait de devenir reporter et de se barrer suturer les plaies de ce monde. La prison ne l'a pas brisé. Dorénavant, je le vois plus renfermé, moins loquace mais toujours rebelle, toujours passionné et convaincu qu'il a fait ce qu'il fallait. Son seul remord est d'avoir échoué à s'enfuir avec Faye pour lui offrir une vie meilleur. Son seul regret est de pourrir neuf ans en taule, au milieu de sales types, de mecs méprisables et dangereux où il doit faire montre de toute sa roublardise pour s'en sortir sans trop d'hématomes. Liam, il est déterminé, ingénieux, goguenard. Il prend la vie à la légère parce qu'il sait, mieux que personne, qu'il n'en sortira pas vivant : il souffre d'un cancer. Et il a perdu neuf ans de sa vie. Alors depuis sa sortie, Liam est désinvolte, frivole, badin, séducteur, irrévérencieux, menteur, inconscient, insouciant, meurtri. Il est protecteur mais refuse de s'attacher, conscient que son existence ne tient qu'à un fil.
en bref : En-dehors de cette famille qui le caractérise (surtout depuis qu'il a commis l'irréparable), Liam est un artiste, un manuel, un expansif, qui ressent au centuple et jette ce qu'il ne sait exprimer sur des toiles vierges. + Il plaît aux femmes (ou aux hommes ou aux deux selon l'orientation que vous désirez), il est charmant et charmeur, avec ses allures de bad boy édulcoré et sa fougue de chiot turbulent. + Il est fort, c'est l'épaule stable contre laquelle se reposer, l'homme qui prend soin de ses proches et ne laisse pas tomber ses responsabilités même s'il aime la marginalité, l'ivresse, le danger. + Liam est malade. C'est la raison pour laquelle on l'a libéré de prison pour bonne conduite après neuf ans de taule. Il ne l'a avoué à personne. D'ailleurs, il refuse de se soigner. Lui, tout ce qu'il veut, c'est vivre. Vivre à en s'en exploser le coeur pour rattraper ses années perdues, il veut brûler son existence par les deux bouts jusqu'à se consumer pour ne pas laisser le cancer qui le gangrène gagner la bataille.
faye : Faye, c'est toute la vie de Liam, il l'aime, il a voulu la protéger, la défendre, la venger aussi et puis lui offrir une autre vie, lui donner mieux sauf qu'il a échoué. Il a tout fait pour elle, jusqu'à missionner un type un peu louche pour veiller sur elle jusqu'à ce qu'il puisse le faire lui-même. Mais il ne réalise pas qu'à trop l'aider en sous-marin, en secret, en dissimulant des choses essentielles (la présence de Jake dans sa vie, son cancer), il risque de la perdre. Pour l'instant, leur relation est idyllique : ils sont sur un nuage. Celui des retrouvailles, du manque enfin comblé et de la fin de la captivité (pour lui). Mais il y aura du drama, bien sûr, car ils sont tous les deux brisés : Liam ignore à quel point la Syrie a marqué Faye jusqu'à l'âme, et elle sous-estime l'impact d'une lourde peine de prison sur le caractère autrefois affable de son frère. Mais rien ne saura les séparer trop longtemps parce qu'ils sont au-dessus des étoiles, tu peux pas test.

suggestions d'avatars ▪️  au choix, tant qu'il n'y a pas trop d'écart entre l'âge réel de l'avatar que vous choisissez, et le personnage (4 ans max). je peux vous aider à trouver une bouille si besoin mais c'est avant tout votre personnage, donc je préfère ne rien imposer de prime abord.  

we used to be together, always. - petit ami à la dérive
- - - - - - - - - - - - - - - - -  
 
(rhys nom)▪️ 28-33yo ▪️ au choix, dans le domaine de l'humanitaire (casque bleu, membre d'une association, médecin, etc), aujourd'hui c'est au choix aussi mais il reste désastreusement impliqué dans son ancien monde, contrairement à sa petite amie. ▪️ en couple avec faye depuis plus de quatre ans ▪️ $$$$$. ▪️ (tenté)
Rhys est le petit ami de Faye depuis presque quatre ans. Engagé, humaniste, le fils de bonne famille a abandonné une voie royale toute tracée après des études prestigieuses pour s'engager dans l'humanitaire (il peut être médecin, chargé de projets, casque bleu de l'onu ...) et rendre un peu ce que la vie lui avait offert jusque là. Il découvre l'horreur en Syrie et la rencontre, elle, lueur d'espoir parmi les décombres et la mort : Faye. S'en suit une histoire passionnelle et électrique, totale et facile : elle tombe sous le sens. Il porte en lui un peu d'elle, elle promène en son sein une partie de lui. Habitué aux courbettes de son monde et aux relations avec les filles de son milieu, distantes, hautaines, royales, Rhys découvre une forme d'amour inconnue jusqu'alors. Un amour qui renforce son engagement et lui donne des ailes. Jusqu'à ce qu'elles soient coupées brutalement par l'obscurantisme et l'horreur. Pris en otage par un groupuscule terroriste durant près de quatre mois, ils sont séparés et ne se retrouvent que de façon fugace, pour être les vedettes forcées de films de propagande à gerber et de menaces de mort de moins en moins implicites. Rhys souffre. Il souffre dans sa chair, il souffre dans son coeur et son âme, il se flagelle dès qu'il découvre une Faye affaiblie, marquée, il s'enferme dans une culpabilité acide et des regrets qui le détruisent plus que ne le font ses tortionnaires. Finalement libérés en catimini après que ses parents aient payé la rançon que refusait d'offrir les Etats-Unis (ce qui provoqua un tollé au niveau national), le couple trouve refuge à Tybee Island, chez les parents de Rhys et envisagent de se reconstruire. Seulement, ils choisissent des chemins opposés depuis un an : lui s'engage encore plus, plus férocement, avec une abnégation sans pareille quand Faye, plus fragile, trébuche et choisit de tout abandonner pour se préserver. Ils s'éloignent, indubitablement. Rhys ne la regarde plus, ne la touche que très rarement, au coeur de la nuit, quand l'obscurité lui offre des chimères bienvenues d'un avant idyllique mort en Syrie. Faye pense qu'il la méprise mais c'est la culpabilité qui le ronge en réalité. Il était sur le terrain depuis plus longtemps qu'elle, il aurait dû avoir davantage de jugeote, ne pas s'arrêter, ne pas leur offrir l'opportunité de les enlever. Entre eux, la communication est compliquée, glaciale, piquante. Ils s'aiment mais se heurtent, ne se comprennent plus et se font plus de mal que de bien. Et pourtant, ils sont unis à jamais par quelque chose de fort, intense : un traumatisme. L'autre est le seul à qui en parler, à qui avouer ce qui fait mal, qui peut suturer les plaies...
suggestions d'avatars ▪️  au choix, tant qu'il n'y a pas trop d'écart entre l'âge réel de l'avatar que vous choisissez, et le personnage (4 ans max). je peux vous aider à trouver une bouille si besoin mais c'est avant tout votre personnage, donc je préfère ne rien imposer de prime abord.  

just a young heart confusing my mind - ami prodigieux
- - - - - - - - - - - - - - - - -  
 
♀/♂ (jake - négociable - nom)▪️ 26-33 yo en adéquation avec l'avatar ▪️ Le métier est au choix, sachant que Jake est sorti de prison il y a moins d'un an (entre il y a trois mois et il y a un an, c'est à votre convenance). ▪️ célibataire énamouré. ▪️ $. ▪️ (libre)
Jake est un gosse de riche déchu (je le vois bien de Washington, mais c'est au choix), le genre à connaître l'opulence et rien d'autre, les détails d'une firme internationale à huit ans et l'absence d'affection dès l'enfance. Mais lui, c'est pas le gosse prodige, c'est le brouillon. L'aîné qui vient avant et qui n'est pas à la hauteur. Des aspirations de son père, principalement, de son milieu, de son nom, de sa réputation. Jake est un doux rêveur, un gosse turbulent qui n'est pas fait pour sa haute tour d'ivoire, le gamin qui rentre les genoux écorchés et ses pantalons preppy inutilisables. C'est un brave môme, le genre gentil, faible comme dira souvent son père. Il a le sourire facile, canaille et des compliments au bord des lèvres. Il porte pas d'armure, ne connaît rien à l'hypocrisie sucrée de son milieu et ignore tout des bonnes manières, des codes et de tout ce que régit une société qui le bouffera tout cru. Son père dira très vite qu'il n'a pas les épaules. Qu'il lui faut un autre fils, un requin, un prêt pour le monde de la finance, les porte-feuilles d'actions, les acquisitions et tout le jargon à la con qui régit le monde d'en haut. Et ce ne sera pas lui, c'est l'évidence. Alors on l'oublie, on le laisse en paix, on le range au placard comme un truc encombrant, un caprice dont on aurait un peu honte. A la place, la bataille s'organise autour de son petit frère, plus malléable. Oliver deviendra la fierté de la dynastie, le vrai fils de son père. En grandissant, les différences entre les deux enfants s'affirment : Jake ne vit que pour le monde d'en bas. Il fume comme un pompier, rôde avec les loups, s'éprend de nanas paumées, sauvages, expérimentées, plus vieilles que lui. Il voit dans la pauvreté une poésie, dans les addictions une beauté. Il est dingue, s'entiche d'une génération gaspillée sur l'autel de la consommation, sans but, sans rien du tout. Il fume, boit et baise comme eux mais ne trouve pas réellement sa place. Le gosse de riche on le tolère de loin, lui pompe son fric mais on l'écoute qu'à moitié. Jake s'en branle, ça lui va. Les loups sont solitaires et lui aussi. Pendant ce temps, loin de sa dérive, son frère brille. Partout, tout le temps. Il est désireux de plaire, il possède déjà tous les travers des gosses de riches désabusés : l'ego assumé, la conviction d'être supérieur, l'insolence propre aux prospères. Il est brillant, travailleur, impliqué, il rêve de la vie de son père, d'un calque parfait, il a conscience de l'importance de sa tâche, de son nom. Jake, lui, s'en détache. Il s'évapore après les cours de littérature appliquée de sa fac huppée sans ses papiers ou son téléphone et revient quand bon lui semble. C'est un soir comme un autre que tout bascule : son frère le traîne à une soirée, lui promettant filles faciles à détrousser et défonce à flots. Jake s'en branle, de ces nanas-là, il est accro à celles d'en bas avec leur maquillage vulgos qui coule de leurs visages de poupée, leurs collants filés et leur façon de baiser décomplexée, libre. Il aime la souffrance, la mélodie des êtres bousillés qui se battent encore. Il aime leur dire qu'il les aime et s'entendre répondre un "ferme-la" éloquent, il aime la poésie qu'elles dégagent, ces figurines brisées qui rêvent d'un ailleurs. Il aime leur fierté, leur côté farouche. Mais Jake le suit. C'est son frère, il l'aime et il lui fait de la peine, au fond. Oliver l'a sauvé de son destin, son destin merdique d'aîné, de canasson aux ordres du patriarche. Ils se perdent, se retrouvent au moment de partir. Oliver est défoncé, ça se voit. Il veut prendre le volant, Jake s'oppose. Ils s'engueulent, il menace de le laisser là au milieu de nulle part alors il finit par céder. Ok. Lui aussi est bourré, pas prêt à conduire mais il cède quand même et grimpe côté passager. Et son frère la percute comme un animal sauvage, cette fille. Ils paniquent, perdent pied. Oliver gerbe, il dégueule sa soirée, ses rêves envolés, ses sacrifices commis pour que dalle et Jake appelle leur père. Il sait pas quoi faire. Lui, sait. Son fils cadet est promis à un brillant avenir alors que l'aîné finira comme prof minable dans une université de seconde zone. Un plouc adulé de ses élèves, un bobo écoeurant, gauchiste parce qu'il ne sait pas ce que c'est que de manquer de fric. Le patriarche lui demande un seul et unique sacrifice : prendre la place de son frère, s'accuser en son nom. Il lui demande ça comme une preuve de son amour, faisant jouer le chantage affectif chez le plus sensible, le plus faible. Il lui promet le meilleur avocat, un jugement clément parce que leur famille impose le respect, intimide par ses connexions. Mais rien ne se passe comme prévu : les jurés sont trop heureux de coincer un sale gosse de riche privilégié et à XX (selon l'âge que vous lui choisissez) piges, voilà qu'il écope de huit ans de taule. Huit années qu'on lui vole alors que ce n'est pas sa croix mais Jake dit rien. Il accuse le coup, par amour, ce sentiment qu'il balance aux quatre vents sans se soucier de la réciprocité, parce qu'il est né ainsi. Il aime ce frère étranger, ce père castrateur, et il pense qu'il survivra. Mais personne ne le peut. Pas sans subir de lourds bouleversements internes. Le gosse de riches clément, bon, sociable et tolérant apprend à s'endurcir, à rendre les coups, à se murer derrière ce que l'homme a de plus sauvage, de pire. Il prend exemple sur les petites frappes qu'il fréquentait dans une autre vie et qui se foutaient de sa gueule de sale bourge. Il en devient une, plus intimidante encore. Ses fréquentations sont sordides à l'exclusion de Liam, au même titre que ses pensées. Quand il sort, Jake est autre. On l'a brisé, lui aussi et apprendre à sa sortie que son propre père l'a renié finit de le corrompre, de le ronger de l'intérieur. Il a donné sa vie, littéralement, pour sa famille et celle-ci n'a même pas la décence de la lui rendre. Il n'a plus rien. Plus de fric, plus de job, plus de foyer, que dalle. Il pourrait dire la vérité mais à quoi bon ? Sa famille sait qu'il n'a pas ça en lui et en cas de doute, ils ont du prendre leurs précautions, graisser des pattes. Alors il se rappelle de la promesse faite à Liam : celle de veiller sur sa petite soeur, lui qui ne le peut plus, dans un bled paumé. Il met quelques temps à la rejoindre, retrouve les bas-fonds des métropoles qu'il aimait tant mais ils n'ont plus la même saveur. Jake ne leur trouve plus aucun panache, il n'a plus d'amis, plus rien, que dalle. Alors il s'enfonce, cherche les emmerdes, les sensations fortes, attise la violence. Il se met à voler, à frapper, à ne baiser qu'avec des nanas dangereuses ou vraiment misérables, le genre à tout accepter, à tout vouloir, comme lui. Il déraille, Jake, a besoin de toujours plus pour ressentir, plus dans le sordide, plus dans la haine, la violence et les mauvais sentiments. Il réfléchit moins, ne lit plus, consomme de plus en plus. C'est Tybee island qui le recadre. Et Faye. Il veut changer, évoluer, retrouver celui qu'il était avant et qui lui paraît bien loin. Cette ville est un point de départ, une guérison, un renouveau mais le chemin est long et les années écoulées ne suffisent pas aux progrès inconstants qu'il esquisse. Jake, c'est le mauvais garçon qui n'a pas choisi de l'être, l'homme pétri de rancoeur, la bile aux lèvres, en colère contre le monde entier. Le renard qui s'imagine loup aux canines acérées mais se rêve chien docile, au sein d'un foyer aimant.
caractère : sombre, peu loquace, torturé, instable, fier, sulfureux, plus vulnérable qu'il n'en a l'air, blessant, sarcastique, colérique, loyal, protecteur, sauvage, cultivé, fils de riche, blessé, brisé, ex-taulard. aimait la littérature et la poésie, les filles de rien et la rue, dorénavant il préfère l'odeur du vice et le goût du sang. il cache de nombreux secrets derrière le mystère de sa silhouette magnétique.
faye : Faye, c'est cette fille qu'il a toujours eu l'impression de connaître sans même ne l'avoir jamais rencontrée, car elle était partout, en filigrane, dans les mots de Liam en prison. Et puis c'est une promesse, une promesse dans le vent finalement tenue : celle de veiller sur elle. Pour Liam qui ne le peut pas. Si Jake peine à faire confiance, à se livrer, s'il a gardé longtemps ses distances, l'observant de loin, avec elle ce fut l'évidence et au fil des semaines, une amitié très forte s'est mis à lier les deux âmes brisées, rapprochées par la mélodie entêtante de la détresse. Sans le savoir, sans le chercher, Jake est tombé pour elle. Lui qui plaît tant aux femmes, qui les consomme comme autant de placebos, éprouve pour la seule qu'il ne cherche pas à séduire quelque chose qui dépasse l'entendement. Et Faye, en silence, à sa manière timorée, éprouve elle aussi cette forme d'attraction brute, illicite. Car Jake le sait : elle est en couple. Elle est en couple avec un homme formidable qu'il est certain de ne jamais égaler et surtout, il n'a rien à lui offrir, rien pour apaiser son âme brisée. Pourtant, dernièrement, ils ont fauté, échangeant un baiser, une étreinte hors du temps avant que la réalité ne les frappe et ne les brûle. Jake, il ne réalise pas qu'il prend de l'importance dans son coeur, dans sa vie, à se montrer aussi bienveillant, à l'écoute, tendre, toutes ces qualités qui manquent à Faye alors que sa relation amoureuse se délite depuis près d'un an. Tout ce qu'il voit, lui, c'est qu'il n'a pas le droit de l'aimer. Pas parce qu'elle est prise, ces considérations ne l'effleurent qu'à peine, mais parce qu'il n'est pas censé veiller sur elle de cette façon là, parce que leur rencontre, leur rapprochement, est un mensonge éhonté. Alors Jake, il reprend ses cartes, il s'éloigne, conserve le silence depuis ce baiser et laisse Faye se dépêtrer de sa culpabilité, de son incompréhension. Elle pense avoir gâché leur amitié, ignorant que la gêne de Jake est ailleurs. Bon c'est un peu le gros drama à venir parce qu'il n'est pas censé jouir de ce genre de relation avec Faye et elle, elle ignore que leur rencontre et leur amitié n'est pas naturelle et n'est née que grâce à son frère, ce qui la fera se sentir (à raison) manipulée. Donc sentiments à la clef, relation impossible parce que le frère viendra s'insérer là-dedans = #dramaforlife
liam : Ils se sont rencontrés en prison, après s'être apprivoisés de longs mois, en silence. Ils se ressemblent dans leur entêtement, dans leur détermination à ne pas se laisser avoir, se laisser briser, baiser, et aussi dans le mépris qu'ils accordent aux autres. La taule, l'enfermement, ça rapproche surtout quand on partage une cellule et ces deux-là sont rapidement devenus amis. Presque frère, liés par la mort et les barreaux. Liam est moins torturé, Jake est plus sombre mais ils se complètent, se confient. Liam surtout. Il parle de Faye, souvent, jusqu'à ce que Jake ait lui aussi l'impression de la connaître alors qu'il n'en est rien. Lui n'annonce jamais la raison de son incarcération, il conserve farouchement le silence quand son ami tente d'en apprendre plus et c'est tout. Quand Jake est libéré, il y a x temps (entre six mois et un an), sans attaches, il accepte la demande de son ami : veiller sur sa soeur, de loin. En prendre soin. L'approcher, la protéger, sans jamais lui avouer que l'ordre vient de lui. Mais Jake est dorénavant prisonnier de son rôle, acculé entre sa loyauté sans failles envers Liam et ses sentiments pour Faye, développés bien malgré lui. A la sortie de prison de Liam, il sera là, à jouer l'inconnu en présence de Faye et à le soutenir le reste du temps. C'est lui qui lui trouvera un job, c'est lui encore qui l'emmènera draguer des nanas tout en essayant de s'y dérober. Mais leur amitié sera mise à rude épreuve si jamais Jake dévoile ce qu'il éprouve pour Faye. Parce que Liam est protecteur, il veut le meilleur pour elle, elle a déjà trop souffert et à ses yeux, il ne peut pas souffrir de la voir soumise à un ancien taulard, enfermé pour une raison si affreuse qu'il n'a jamais voulu piper mot.

suggestions d'avatars ▪️  au choix, tant qu'il n'y a pas trop d'écart entre l'âge réel de l'avatar que vous choisissez, et le personnage (4 ans max). je peux vous aider à trouver une bouille si besoin mais c'est avant tout votre personnage, donc je préfère ne rien imposer de prime abord.  

pardon du pavé et allez, viens, viens, viens.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[pré-liens ordinaires]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Liens importants
» Des liens à ne pas manquer (pour voir de très belles figu!)
» cherche liens forum arcade us,espagne,gb...
» liens background elfe
» Les Liens de l'Âme (Fanfic YGO - AtemxYugi)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: - maybe this thing was a masterpiece - :: you’re quicksand :: i’ve loved in shades of wrong-
Sauter vers: